mardi 28 avril 2009

La première visite du maire

Hier nous sommes descendus à Anse-à-Chatte avec Kamouest Norvellus, maire principal de Bombardopolis. Celui ci est originaire de la plate-forme et fut un des moteurs du projet de percement de la route ne ménageant pas sa peine surtout quand un certain nombre de conflits ont opposé le projet aux "propriétaires" des terrains traversés.La visite est fort intéressante, une trentaine de personne s'assemble autour du maire pour une discussion à bâtons rompus. Le public ici est à 90% acquis à la cause, depuis deux cent ans qu'ils attendaient cette route, le maire qui en est à l'origine ne peut être accueilli qu'en héros.
En bon politicien il en profite donc pour capitaliser et envoyer quelques piques à ses adversaires.
La question politique est omniprésente dans le développement local, en effet aucun enracinement et aucune action durable n'est possible sans une étroite collaboration avec les Collectivités Territoriales.
Dans le cadre du PDLB, près de Deux millions de dollars canadiens sont injectés sur la commune pour avancer dans la mise en œuvre du Plan de Développement Communal. C'est à la fois peu compte tenu des besoins, et en même temps compte tenu de la petite taille de la commune, cela peut avoir un impact concret sur la vie des gens surtout si comme dans le cadre de l'opération Bulldozer on s'en sert comme d'un levier pour mobiliser d'autres fonds (privés, partenariat avec le ministère des travaux publics...)
Cet apport constitue forcément un capital politique pour les élus en place. C'est à la fois un fait qu'il convient d'entériner, mais également une contrainte. Le projet ne doit pas être inféodé aux Collectivités Territoriales, c'est pourquoi on appuie la mise en place de Comités de Développement, constitués de représentants de la société civile.
L'un des défis majeurs consiste à obtenir la titularisation d'un certain nombre de cadres de la mairie. En effet depuis 1986 (la chute des duvaliers) à chaque nouvelle élection (ou nomination selon les périodes), le nouveau maire remplace l'ensemble du personnel, et le précédent part généralement avec toutes les archives.
Le Ministère de l'intérieur travaille actuellement sur le dossier, un programme de formation diplomante vient d'être mis en place pour les caissiers-payeurs (comptables de la mairie) qui devrait aboutir à une fonctionnarisation. On croise les doigts.

7242.50 €

Soit plus de 9 000 USD soit près de trois semaines de location supplémentaire.
Voici le bilan presque final de l'opération Bulldozer.
Grand grand grand merci de Bombardopolis dans son ensemble, ID et ADEMA aux 78 donateurs.
Sachant que dans quatre semaines (ce que nous permet le budget du programme) on sera tout juste arrivé à Jean Macoute. Ce délai supplémentaire va nous permettre de fignoler le travail et de consacrer une ou deux semaines à l'amélioration des autres routes de la commune et tout particulièrement de l'axe Baie de Henne Bombardopolis qui est la route principale d'accès à la commune.
Encore une fois merci.

vendredi 24 avril 2009

N'oubliez pas de participer à l'enquête


Merci de répondre à la petite enquête sur le côté.
Pour la peine vous avez le droit à une petite photo et demain je vous raconte la mission d'exploration pêche avec le consultant en ressources halieutiques.

La question du petit nicolas...

Rien à voir avec le président je vous rassure (on choisit pas son prénom...)
"je suis actuellement à Tataouine (t'es où d'ailleurs nicolas?) et je ne rentre que début mai et j'ai pas encore envoyé mon chèque c'est trop tard?"
Réponse: Non mon petit, On avait choisi le 15 Avril 2009 et surtout de le mettre sur le Powerpoint pour éviter que le message ne finisse en Hoax qui tourne pendant 10 ans sur toutes les boites mails de la planète. Le bull est assuré de rester à Bombarde dans le cadre de notre programme encore au moins un mois, et un mois de plus au moins grâce à la générosité des uns et des autres.
Il est donc encore possible de faire un don.
Mais si tu veux faire plus vite tu peux toujours faire un don direct sur le site d'Initiative Développement

Le transport des drums

Comme je l'avais dit dans un message précédent le bull consomme environ 45 Gallons (170 litres) de carburant par jour. Compte tenu de l'éloignement et de la vitesse de déplacement de l'engin (3 à 4 kilomètres heures), il faut donc créer des dépots de carburant et les déplacer environ toutes les semaines.
Chaque drum pesant un peu plus de 200 Kilos, on peut en mettre 3 dans le land cruiser, aujourd'hui il y en avait 16 à trimballer sur deux kilomètres, soit 5 aller/retour et 5 opérations de chargement/déchargement.
Avant les gars soulevaient carrément le drum pour le mettre dans la bagnole. Maintenant grace à mes supers sangles on a un peu simplifier les opérations.
Pour répondre aux mauvaises langues sachez que quand je ne filme pas je participe activement aux opérations.


video video

La première arrivée au village (la preuve par la vidéo)

Vous excuserez la qualité de l'image mais faire des vidéos avec un téléphone tout en conduisant un Land cruiser sur une piste pas encore finie c'est pas facile.
Ce document est quand même historique, c'est la première voiture à arriver à ce village (si on excepte un missionnaire il y a une vingtaine d'année qui avait fait aménager à la main un passage pour son 4x4.)
video

On est à Anse à Chatte


La preuve par l'image!!!
Le bull est arrivé hier soir et moi ce matin.
Le plus dur est fait, il reste une quinzaine de kilomètres mais maintenant c'est de la plaine (enfin presque...)

mardi 14 avril 2009

Le bull en action

Le développement local à Bombardopolis c'est aussi ça!

video video

L'arrivée au bulldozer

Au fond la mer...
On approche.
video

pour les retardataires!

"Oh zut moi qui avait préparé le chèque je m'aperçois que je l'ai oublié sur la commode du salon.
Mon chèque va surement arriver après le 15 Avril.
C'est grave docteur?"
Réponse: Point du tout, le chèque sera reçu et encaissé sans problème, il ira rejoindre les autres sur le compte créé à cet effet. Pas de panique donc le transfert ne se fera pas avant la fin du mois.
Il n'est donc jamais trop tard pour bien faire.

6250 € et plus que deux jours!!!

Grand grand merci à tous,
Encore un petit effort ça serait super.
La route avance à grand pas ces jours ci nous devrions être à la mer après demain.
Pour clôturer l'opération Bulldozer ça fera classe!!!
Promis je mettrai une belle photo du bulldozer face à la mer.
Et à la fin de la semaine on arrive à Anse-à-Chatte et là ça va être la fête!

lundi 13 avril 2009

message du maire de Bombardopolis

video

Histoire de camion



Un bulldozer c'est bien, mais ça pompe près de 150 litres par jour.
Nous avons donc commandés un camion pour nous amener 20 futs de gazole au pied du bulldozer.
Il est arrivé vendredi matin et s'est courageusement lancé sur la nouvelle route.
A la descente, tout s'est bien passé, mais à la remontée (cf photo ci joint) il n'a pas pu remonter à cause des remblais non stabilisés.
Cela va se régler avec le temps et les pluies, mais pour le moment, bien que les pentes ne soient pas très forte (autour de 10% quand même), le volume de remblais poussé par le bulldozer empêchait le camion d'adhérer à la route.
Résultat il a fallu attendre le dimanche matin et le retour de l'opérateur qui était rentré dans sa famille sur Port au Prince pour que le bulldozer pousse le camion et le fasse remonter.
Du coup ça a permis de bien voir les endroits qui posent problème et le bulldozer en a profité pour repasser un petit coup.

mardi 7 avril 2009

Bombardopolis, le bourg




Voici donc notre bonne ville de Bombardopolis, son église (ou plutôt l'une de ses dixaines d'église, celle là c'est la catholique), ses lampadaires solaires (il y en a sept installés par ID/ADEMA en Aout 2008), ses arbres (le bourg est l'un des plus boisés du pays) et sa poussière (il tombe moins de 400 mm d'eau par an).
La commune compte environ 25 000 habitants et le bourg 3000 avec l'un des taux d'urbanisation les plus faibles d'Haïti.
Les loisirs sont rares très rares, il n'y a aucun restaurant (seulement des services de restauration sur commande) pas de bar, encore moins de discothèque.
Avant l'arrivée des lampadaires, Bombardopolis était une ville morte dès la tombée de la nuit, depuis une timide activité nocturne (au moins jusqu'à 8h du soir) à vu le jour.
Le taux de chomage est considérable, en dehors de la saison des pluies, des activités de charbonnage et de l'élevage les habitants (surtout les hommes) errent le plus souvent désoeuvrés dans l'attente d'une hypothétique opportunité ou, pour ceux qui ont la chance d'avoir de la famille "lot bò", d'un transfert d'argent par Western Union.
Les femmes en revanche passent leur journée à courir, entre la recherche d'eau (la source la plus proche est à 45 minutes de marche), les activités commerciales qui assureront la nourriture du jour, les enfants et la préparation des repas.
Etonnament, et nous aurons surement l'occasion d'y revenir les rythmes sociaux sur la zone côtière sont totalements différents ainsi que la répartition des tâches entre hommes et femmes.

Paypal

Au fait pour l'opération bulldozer, si vous n'avez pas le courage d'envoyer un chèque, ou si vous habitez à l'étranger vous pouvez envoyer vos dons directement sur le site
www.id-ong.org
Allez à plus

5 500 €

Au taux du jour ça fait 7300 USD, soit 2 semaines de bulldozer supplémentaires.
Il reste 8 jours pour le garder un mois.
Merci à toutes et tous ceux qui ont contribué, et merci par anticipation à ceux qui ne l'ont pas encore fait.
C'est vrai que compte tenu de l'ampleur des problèmes en Haïti, on peut penser pourquoi focaliser sur un bulldozer...
Oui mais des routes c'est pas du luxe, c'est une nécessité pour le développement, pour sortir des villages de la zone côtière il faut actuellement plus de 3 heures de marche et même les animaux (ânes, mules, chevaux) éprouvent des difficultés à monter.
Le dernier tronçon de la route principal entre Baie de Henne et Bombardopolis est complètement défoncé,il faut près de deux heures pour faire 20 kilomètres.
A ce tarif, les marchandises ne peuvent ni entrer ni sortir de la commune ou alors à des prix prohibitifs.
Les camionneurs cassent tellement de matériel qu'ils sont obligés de maintenir leurs tarifs très haut.
Oui les besoins sont immenses.
Non le bulldozer ne résoudra pas tous les problèmes.
Mais l'enclavement est aujourd'hui LE frein majeur au développement de la zone.

lundi 6 avril 2009

chose promise






chose due voici quelques photos du village de la plate forme.
Ici les gens vivent de la pêche (évidemment), de l'élevage (des centaines de chèvres vivent en liberté au milieu des cactus se nourrissant d'arbustes épineux) du charbon (produit à partir des dits arbustes) et du transport maritime.
Paradoxalement de nombreuses marchandises sont moins chères dans les villages côtiers que sur le plateau en raison du caractère bon marché du transport maritime.
D'où l'intérêt du percement de la route d'accès pour permettre de diminuer le coût des marchandises sur le plateau.
Il restera à organiser la filière.
A court terme, on réfléchit également au démontage du bateau échoué par la population locale, au cours du jour de la ferraille, il vaut près de 150 000 €.
Un projet d'appui à la filère pêche et transport maritime a également été déposé auprès de quelques bailleurs de fonds, il s'agirait de diminuer la pression sur les ressources coralliennes par l'implantation de Dispositif Concentrateurs de Poissons (DCP) sorte d'amalgame de végétaux et autres débris situé à quelques miles des côtes qui attirent les gros poissons venus du large (pélagiques).
L'implantation de ce genre de dispositif suppose une action à tous les niveaux de la filière:
- Amélioration du matériel de pêche, la plupart des canots étant de trop petite dimension pour se rendre sur un DCP.
- Amélioration de la conservation du poisson, la taille des prises nécessitant la mise en œuvre d'opération de séchage ou de conservation sur glace.
- Recherche de nouvelles filières de commercialisation.

dimanche 5 avril 2009

l'opération bulldozer

et enfin les villages côtiers





De bas en haut, Jean Macoute, La Plate-forme un bateau échoué et le tout petit village d'Anse-à-chatte.
Au total près de 3000 habitants.
Seul le village de La Plate forme bénéficie d'une adduction d'eau.
Jean Macoute et Anse à chatte vont chercher leur eau à une demie heure de marche environ.
Allez demain on continue avec quelques photos de la plate-forme.
C'est un peu décousu tout ça alors n'hésitez pas à faire part de vos remarques.

Bombardopolis et la zone côtière


Suite donc...
Nous voici donc arrivés à Bombardopolis,
La route est située en haut de l'image.
3 km plus loin se trouve le bourg de bombardopolis.
Le bulldozer est parti du point de départ pour descendre vers la mer.
Comme vous le voyez le chemin parcouru est long.
Et on voit le bout du tunnel puisqu'il ne reste plus qu'un morne à descendre pour arriver à la mer.
Les 14 Km suivants seront au 3/4 constitués de plaine.

pour situer Haïti et Bombardopolis


m

Merci google hearth,
on voit très bien la zone côtière comme vous pourrez le constater dans le message suivant.
En revanche le plateau est couvert de nuage et la résolution est catastrophique.
Donc en remontant les photos nous avons Haïti, le département du Nord-Ouest (pour se rendre à Bombardopolis il faut suivre la côte sud à partir de Gonaïves.
4 h de piste en pas très bon état...
Bombardopolis se trouve au bout de la pointe qu'elle partage avec le môle saint Nicolas, un des lieux d'aterrissage du seigneur colomb en 1492 (vous savez là où les ennuis ont commencés)
Jean Rabel, autre ville où travaillent ID et ADEMA se trouve à l'est du môle saint nicolas .
Un peu plus à l'est on trouve port-de-paix et en face l'île de la tortue jadis repaire de pirate et aujourd'hui de traficants de cocaïne (on a les pirates que mérite l'époque...)

La photo du jour


Aujourd'hui c'est dimanche, foin de long discours, mais une petite photo qui rend assez bien compte de l'ampleur des travaux.
Si tout va bien, demain soir on arrive à la mer.
On aura fait près de 500 m de dénivelé sur une longueur de 7 kilomètres.
A ma prochaine visite je tacherai de mettre deux photos rendant compte de l'avant après passage du Bull.
C'est fou comme dans ce métier on découvre beaucoup de chose qu'on ignorait totalement avant...
De l'agro-sociologie au percement de routes le chemin n'est pas évident, mais on s'habitue à tout.

samedi 4 avril 2009

L'historique, volume 1


Raconter dans le détail risque de prendre un peu de temps c'est pourquoi nous allons procéder par étape.
Etape 1: En 2006, l'ONG initiative Développement (ONG française présente dans le bas Nord Ouest d'Haïti depuis 1994), en partenariat avec ADEMA (ONG Haïtienne créée en 2005), démarre un Programme d'appui au Développement local (PADL) de deux communes du Bas Nord Ouest: Bombardopolis et Jean Rabel.
L'objectif premier est d'élaborer en concertation avec l'ensemble des acteurs locaux des Plans de Développement Communaux (PDC) qui permettront aux acteurs du développement local, sous le leadership des Collectivités Territoriales, d'harmoniser leurs interventions en les inscrivant dans une perspective globale.
En Janvier 2007, les PDC sont disponibles, ce qui coïncide avec l'entrée en fonction des nouvelles administrations communales.
Le PADL, concentre alors son intervention sur l'appui aux collectivités territoriales qui manquent cruellement de moyens et de compétences.
En Août 2007, l'opportunité se présente pour ID/ADEMA de présenter en partenariat avec la mairie de Bombardopolis, un projet de 90 Millions de Gourdes (environ 1.6 Millions d'Euros) pour la mise en oeuvre d'une partie des activités prévues dans le PDC.
Le temps de franchir les étapes du processus de sélection, le contrat sera signé le 17 juin 2008, pour une durée de 40 mois.
Pour plus d'info, consulter la page Développement local du site d'ID
www.id-ong.org
A bientôt

on commence

Nous sommes le 04 Avril 2009


L'opération bulldozer est lancée depuis 15 jours déja.
Pour rappel il s'agit de permettre au bulldozer arrivé le 24 février 09 à Bombardopolis Haïti de rester un ou deux mois de plus.
Toutes les explications sont sur le site d'Initiative Développement:
www.id-ong.org
Avec ce blog, je m'efforcerai dans les prochaines semaines de rendre compte de l'avancement des travaux, de notre travail quotidien avec la mairie dans le cadre du Programme de Développement Local de Bombardopolis.
Je mettrai régulièrement quelques photos comme celles ci.
N'hésitez pas à questionner, à demander des précisions, à faire des propositions...
Ce blog ce veut ouvert à toutes et tous et propose modestement de raconter le quotidien d'une opération de "développement" dans un petit village d'Haïti.